Rechercher
Imprimer la page Agrandir le texte Rtrcir le texte

Culture et Patrimoine

Patrimoine de Sargé-Lès-Le Mans

L’église

Découvrir > Patrimoine

L’église Saint-Aubin des XI, XIV, XVI, XVIII et XIXe siècles .

Elle aurait été fondée au IVe siècle par saint Julien, premier évêque du Mans. Le chœur circulaire date de 1125, de même que l’ancien autel en calcaire coquiller déplacé, restauré et réutilisé.

Au pignon ouest, un clocher en grès du XIVe siècle est surmonté d’une flèche couverte en ardoise. On y retrouve de nombreux morceaux de pierres tombales.

La chapelle nord du transept date de 1556 tandis que la chapelle sud est de 1581. Sur ce même côté, «la porte des morts» s’ouvrait autrefois sur le cimetière. Elle est murée et remplacée par celle de la chapelle sud, face au retable.

 

 

L’église restaurée

De 1878 à 1880, l’église a été totalement rénovée : le retable du chœur est relégué dans la chapelle sud, non sans avoir perdu les deux parties latérales extrêmes. La peinture et l’encaustique ont remplacé les dorures. La nef est voûtée de briques pour cacher la charpente. De fausses nervures, des clés de voûte et des piliers apportent une note néogothique. Les murs percés de fenêtres semblables, ornées de vitraux colorés égaient le monument jadis austère. Des travaux annexes sont entrepris pour l’escalier du clocher, la tribune, les cloches de Bollée, les bancs et les stalles, la sacristie…

Restauration du retable, 1994 à 1996, à l’or sur 2 microns. Le restaurateur retrouve le H de Henri III.

Restauration de la statue de sainte Marie-Magdeleine en 1995, par Frédérique Berson, œuvre de l’atelier d’ Étienne Doudieux.

Restauration de la statue de saint Pierre en 2020, par Agnès Blossier, modelée par Étienne Doudieux, demandée par l’association Histoire et Patrimoine de Sargé.

 

Le Retable

Le retable en bois (Photo J.L. Berlose, CEJIKA) date du troisième quart du XVIe S, époque d’Henri III. Il a été rénové par le curé Julien Morin (1664-1996) et le sculpteur Étienne Doudieux.

De style français avec des colonnes droites, l’ossature et une première décoration ont été exécutées au milieu du XVIe siècle, comme l’atteste la présence du « H » à la triple couronne symbole du roi Henri III (1559 – 1589)inclus dans le cordon de l’ordre du Saint-Esprit qu’il avait créé, sculpté sur le bandeau de chaque chapiteau de chaque colonne.

 

 

 

A la fin du XVIIe siècle, Etienne Doudieux reprend et complète ce retable par des cartouches, des angelots, des tablettes et la frise des rois ayant beaucoup œuvré pour la grandeur de l’Eglise catholique, figurant Clovis, Charlemagne, Saint-Louis, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, le duc de Bourgogne, petit-fils du roi, la reine Marie-Thérèse d’Autriche, la dauphine, épouse du Grand Dauphin et la duchesse de Bourgogne. Cette représentation royale est en opposition avec la doctrine du Concile de Trente qui réglemente l’ornementation des retables pour honorer Dieu et les saints.

Cette frise, sans doute unique en France, a été restaurée en 1994 et 1995.

 

 

 

 

L’éducation de la Vierge (1642) Les Bâtons de la Confrérie de Sainte Marie- Madeleine et de Saint Aubin (1671)
Découvrir > Patrimoine Découvrir > Patrimoine

Tramway

Pont en pierre et en acier (1897).

Découvrir > Patrimoine Le 7 avril 1883, le conseil général de la Sarthe décide l’étude d’un chemin de fer à voie étroite entre Le Mans et Saint-Cosme de Vair. Cette ligne est concédée à la compagnie des tramways de la Sarthe. Dans le projet définitif du 20 avril 1895, la gare de Sargé est construite à l’ouest du bourg et ce pont en pierre surplombe le chemin rural. La ligne « Le Mans-Bonnétable » est ouverte le 6 mai 1897. Cette ligne est fermée au printemps 1947.